Léon Jarmuzek, un témoignage sur sa mort...

 juin 2015

 

 Sur la biographie de Léon Jarmuzek, voir le récit de sa petite-niècecliquer ici

 

 

 

 Jarrmuzek Léon b2.jpg

 Mme M.F. Fontaine, fidèle lectrice de Respol71 et par ailleurs très active dans la sauvegarde de la mémoire de la Résistance dans les communes des bords de Saône, nous a envoyé le récit ci-dessous qui rapporte le témoignage délivré sur les lieux mêmes du combat de Sennecey par un ancien maquisard... La photo représente le lieu où est tombé Léon Jarmuzek.

 

 

" La 1ère fois que j’ai entendu le témoignage de Jean Lagrange, c'était des enregistrements vidéo que Roland Champion m’avait prêtés et qu’il avait faits lors des réunions des anciens de la Compagnie Bretagne. J’avais pu les écouter mais pas les reproduire et M Champion étant décédé, je n’ai pas réussi à retrouver ses descendants. La seconde fois, c'était lorsque j’avais organisé une « promenade sur les lieux des combats du 4 septembre 1944 dans le village de Laives ». J’avais convié les anciens résistants et lorsque nous sommes arrivés à l’entrée du chemin des Perrières, j’ai passé le micro de ma sono pour guide à Jean Lagrange. Il nous a refait le récit, et c’était si poignant que beaucoup des présents s’en souviennent encore. J’ai revu Jean Lagrange fin août 2014 dans la maison de retraite où il vit maintenant mais il est sourd, il faut lui écrire les questions et sa mémoire commence à flancher. Chaque fois, il a assuré et ses camarades de section aussi, que Jarmusek avait été abandonné car considéré comme mort sur le coup et je suis dubitative sur sa survie même très brève. Que les Allemands l’aient frappé est possible mais cela me semble assez risqué pour eux quand on voit le lieu où il est tombé ( voir photo, la maison récente n’existait pas et le lieu était assez à découvert. ) Un civil a été d’ailleurs victime indirecte des tirs qui ont tué Jarmusek. Habitant tout près, il a ouvert ses volets donnant sur un chemin de la Teppe, perpendiculaire à celui des Perrières: les soldats allemands cachés dans le bois d’acacias proche l’ont abattu et il a été la 1ère victime civile de ce 4 septembre 44. Sa veuve a profité de l’accalmie après les tirs d’avions alliés vers 8h pour s’enfuir à Nanton et commander un cercueil.

 

Mort Jarmuzek.JPG

 

Sur la photo, M Pierrot Vincent montre où était la flaque de sang. Ce n’est que beaucoup plus tard, par recoupement, que j’ai compris que c’était les blessures de Jarmusek et Pauron qui avaient fait cette tache. Les Allemands étaient cachés derrière le mur situé derrière M Vincent, après le portail bleu. Le chemin de la Teppe commence à gauche près du poteau électrique et Guy Leroy est mort a moins d’un kilomètre de là sur la gauche. Si on continue le chemin des Perrières, on retrouve le chemin qui part du virage où est mort Leroy, près du manoir de Sermaisey par où est montée la section de Roland Champion dès 4h du matin, avant l’implantation des Allemands. Cette section a combattu les Allemands en étant installée au-dessus du quartier Saint-Julien de Sennecey."

 

 

carte Laizy SPOT.JPG

 



07/06/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 316 autres membres