Résistance polonaise en Saône-et-Loire

Résistance polonaise en Saône-et-Loire

Un des premiers embauchés, Franciszek Staniewski

matricule 21452

______

 

La plupart des Polonais arrivaient de Westphalie allemande, ou bien du centre d'émigration de Myslowice, en Silésie, mais certains avaient suivi leur propre chemin. Ainsi de Franciszek Staniewski, dont le trajet était plus original. Né près de Poznan, le 18 novembre 1895, dans la Pologne sous occupation allemande, il était venu travailler dans les mines du nord de la France en 1911, à l'âge de 16 ans. En 1914 il était employé aux mines Déjardin à Aniche, puis à celles de Dechy.

C'est là qu'il fut rattrapé par l'avance allemande et immédiatement enrôlé dans leur armée (il avait la nationalité allemande), où il fut décoré de la Croix de Fer. En 1915, il se rendit aux Anglais et resta prisonnier au camp d'Abbeville jusqu'à l'armistice. Après sa libération, il gagna la Saône-et-Loire où les mines de Blanzy embauchaient. C'est ainsi qu'il fut joint au premier convoi arrivant de Pologne et, le 19 novembre 1919, le lendemain de ses 24 ans, il recevait le matricule 21452 et était envoyé au puits Jules Chagot.

 

Le 28 mars 1925, il épousait une fille du pays, Louise Badet.

 

Il allait obtenir la nationalité française en 1930.

 

 



05/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 381 autres membres