Résistance polonaise en Saône-et-Loire

Résistance polonaise en Saône-et-Loire

Sociétés de secours mutuel

26 décembre 2020

 

 

S O L I D A R N O Ś Ć

 

 

         Nous avons souvent évoqué dans respol71 le grand nombre d'associations polonaises qui fonctionnaient avant-guerre dans les quartiers. L'exposition du centenaire en donne une bonne idée - voir ICI. On trouve trace de nombreuses fiches déclaratives aux archives départementales de Mâcon (cote M 1746). Parmi ces sociétés, il en est une sorte dont nous n'avons encore jamais parlé : celle des sociétés mutuelles. Il faut dire que selon les dispositions de leur contrat d'embauche au titre de l'accord franco-polonais de 1919, les émigrés salariés des grandes entreprises françaises de notre région, minières ou métallurgiques, avaient les mêmes droits que les ouvriers français. Ils bénéficiaient donc eux-aussi des caisses de secours existantes ; en lisant le journal syndical Prawo-Ludu, on n'en constate pas moins des revendications à ce propos, en général pour autoriser les Polonais à être candidats, au même titre que les Français, aux postes de responsabilité. Rien en tout cas qui puisse remette en question l'adhésion aux caisses de secours…

Seulement les sociétés mutuelles dont on parle ici avaient une autre fonction première, bien spécifique, elle, à la population émigrée, celle de prévenir les aléas du décès. Nombreux étaient en effet, surtout dans les premiers temps, les Polonais venus seuls, sans leur famille. La perspective de mourir loin des proches, toujours présente à l'esprit des mineurs, en amenait beaucoup à verser une petite cotisation pour s'assurer que la famille au pays serait avertie en cas de malheur et que lui seraient envoyés les papiers et autres affaires précieuses de l'ouvrier décédé.

On a ainsi retrouvé trace de la société de secours mutuels "la Polonaise", fondée aux Essarts en 1935 et dont le bureau était composé de Jan Gój, Józef Gobełewski et Marcin Malecki.

A Montchanin s'était créée en 1930, la "Société Polonaise de Secours Mutuel" dont le livret des membres est reproduit ci-dessous (la partie en langue française). On y lit la crainte de la solitude, et l'aide morale que l'association assure à ses membres en cas de coup dur, maladie ou accident, jusqu'à assurer une présence des mutualistes lors de l'enterrement ! Ses fondateurs, peu au fait de la législation française sur les associations, n'avaient pas déclaré leur initiative, mais ils écrivirent assez naïvement au préfet pour qu'il veuille bien diminuer la taxe sur les cinémas et les théâtres qui parfois offraient un spectacle au bénéfice de la mutuelle !  Les pauvres durent donc se déclarer régulièrement…

Ils se nommaient : Feliks Małuszewski (président), Władysław Dyrda (secrétaire) et Stefan Mały (trésorier).

 

 



25/12/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 411 autres membres