Résistance polonaise en Saône-et-Loire

Résistance polonaise en Saône-et-Loire

Les Ukrainiens dans les mouvements de résistance européens

Gérard Soufflet - 30 juin 2020

 

 

Les Ukrainiens dans les mouvements de résistance européens

 

 

La recherche sur le maquis soviétique « Détachement Léningrad », lié au maquis polonais de Saône-et-Loire, m’a amené à prendre contact avec des correspondants ukrainiens, qui m’ont aidé à retrouver la famille du colonel « Nicolas » (Yvan Skripaï, commandant du maquis soviétique « Maxime Gorki » de Côte-d’Or) et à reconstituer sa biographie.

L’un d’eux, Yuri Klimtchuk, jeune historien, préparait sa thèse d’histoire sur le thème de la participation d’Ukrainiens à la résistance dans les pays de l’Europe occupée. Je découvris ainsi combien le champ de l’histoire était un sujet important pour une nation devenue indépendante à la disparition de l’Union soviétique, car le sujet de Yuri revient à écrire les pages d’une histoire propre de l’Ukraine, extraite d’un récit soviétique jusque-là globalisant. Analyser les aspects originaux, reconnaître et nommer les acteurs, pas facile sans doute quand on dépasse le seul groupe des nationalistes dissidents et qu’on veut retrouver l’Ukrainien derrière le Soviétique !

Aujourd’hui les travaux de Yuri Klimtchuk sont édités et en plein confinement, j’en ai reçu un exemplaire…

Vous trouverez une présentation traduite par mon ami Viktor Batashov.

Faut-il préciser que le livre est en langue ukrainienne, donc assez hermétique à la plupart d’entre nous…

 

 

 

 

Avril 2020 – traduction de Viktor Batashov

 

Présentation du livre

 

 

A la fin de l’année dernière, est paru en Ukraine le livre « Sur les champs de bataille de la Seconde guerre mondiale : les ressortissants d’Ukraine dans les Mouvement de résistance européens » (éditions de l’université nationale de KAMIANETS-PODILSKIY).

Le jeune chercheur Yuri Arkadiovitch Klimtchuk, qui se penche sur ce problème depuis 10 ans environ, est l’auteur principal, responsable exécutif du projet, dont la coordination éditoriale a été assurée par le professeur A.G. Filiniuk, docteur en histoire, membre de l’académie des sciences de l’éducation supérieure d’Ukraine.

 

L’édition est précédée d’un long article introductif du professeur Filiniuk et de Yuri Klimtchuk. (…) En quatre chapitres et des annexes est présentée une énorme masse documentaire issue de centres d’archives, de musées, de collections privées, le tout illustré de très nombreuses photos et complété par des entretiens avec des survivants. Est ainsi parcourue toute l’histoire de la participation des Ukrainiens à la lutte contre les envahisseurs hitlériens sur le territoire des pays qu’ils avaient occupés (Pologne, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, France, Italie, Belgique, Norvège, Grèce) ainsi que dans les camps de concentration : Mauthausen, Dachau et Buchenwald. (…)

L’article introductif est concentré sur les aspects clés suivants : (а) rôle et place des mouvements de résistance dans la victoire contre l’Allemagne hitlérienne ; (b) raisons de l’implication et place d’immigrés Ukrainiens dans ces mouvements de résistance des pays européens, notamment, français ; (c) vérité historique objective, mythes et falsifications de la participation des Soviétiques à ces mouvements ; face à ces entraves à la bonne compréhension des évènements du passé, la recherche devrait au contraire éclaircir les leçons à tirer de la Seconde guerre mondiale et contribuer à l’unification des efforts pacifistes d’aujourd’hui.

Il est également important de souligner que les auteurs ont fait figurer les noms de nombreux Ukrainiens et de représentants des ethnies minoritaires d’Ukraine qui, au prix de leurs vies, subirent l’esclavage au profit des nazis et de leurs alliés ainsi que les camps de concentration, et plus tard participèrent à la lutte contre l’ennemi commun au sein des mouvements de la résistance européenne.

Le livre est destiné à tous ceux qui s’intéressent au rôle des étrangers, dont les Ukrainiens, durant la période de la Seconde guerre mondiale, en particulier à travers des biographies ou des portraits de héros régionaux ou locaux.

Signalons que les chercheurs français devraient trouver intérêt dans le chapitre deux de l’ouvrage, intitulé « Les Ukrainiens participants au Mouvement de la Résistance Français, Italien, Belge, Grec, Norvège », qui utilise des sources très variées montrant le rôle dans la résistance française de gens tels que Petro Bilobrane, Mykola Bigoun, ressortissants de la région de Tcherkassy, Volodymyr Boyko, natif du Donbass, Grigori Viktorov, de la région de Tchernigov, Jacob Godebskii de la région de Kherson, Fédor Gorovii, Joseph Kalinitchenko, Pavlo Mykolenko et Ioukhim Chevtchenko de la région de Kiev, Petro Diatchouk, Oleksii Forsyk et Hanna Cheptitska de la région de Ternopil, Iouri Karpenko de la région de Jitomir, Serhii Kouprine et Afanasii Plakhotnii de la région de Dnipropetrovsk, Vassili Logvinov de la ville d’Odessa, Volodymyr Orlov de la ville de Kryviy Rig, Ivan Protsenko de la région de Kirovograd, Grigori Tretiak de la ville de Zaporijjia, Georgi Charpak de la région de Rivne.

En tant qu’exemple de la mémoire conservée de la lutte franco-ukrainienne contre le nazisme durant la Seconde guerre mondiale, référons-nous à l’extrait suivant du livre, en page 81 :

« …en juillet 2003, une délégation d’agriculteurs français de la coopérative « Dijon Sérail » de la ville de Dijon (Bourgogne), s’est rendue dans le village d’Ossitniajtsy (région de Kirovograd). Ils y ont été reçus par un ancien combattant de la résistance française dans la région de Bordeaux, Volodymyr Samoylovitch Boyko. La rencontre a été passionnante et pleine d’émotions. Les visiteurs ont offert à l’ancien combattant une carte de l’Europe, symbole de l’intangibilité des frontières. « Vous nous avez transposés de 60 ans en arrière, – dit lagriculteur Pierre Sinier à lancien combattant, – Nous ne pouvons pas vous remettre de médaille, mais nous vous sommes profondément reconnaissants pour ce qui vous avez fait pour la France, notre peuple ne vous oubliera pas ! »

 

Les auteurs du livre expriment leurs remerciements aux participants encore vivants des mouvements de la résistance européenne et à leurs proches qui ont accepté de donner des interviews et de livrer leurs souvenirs, souvent aussi de leur confier de nombreux documents et des photos.

D’une manière générale, le livre de Yuri Klimtchuk « Sur les champs de bataille de la Seconde guerre mondiale : les ressortissants d’Ukraine dans les Mouvement de Résistance européens » devrait devenir un outil de référence, tant pour l’Ukraine que pour plusieurs pays européens où des ressortissants Ukrainiens ont lutté contre le fascisme et le nazisme.

 

 

 

 

 



30/06/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 397 autres membres