6 septembre 1944 - le maquis POWN à la libération de Montceau

Capture.JPG


 

 

 

Le texte qui vous est présenté ci-dessous est un rapport rédigé par Jan Kulpinski, chef régional POWN pour la Saône-et-Loire et la Nièvre depuis le 14 juillet 1942 et chef du district de Montceau-les-Mines (voir sa bio) ; il date de fin 1944 et relate la courte activité du maquis POWN de Marigny, qui allait culminer à la libération de Montceau...

 

Pour situer les évènements, il faut savoir que cette libération a eu lieu le 6 septembre 1944, selon l'enchaînement suivant : les Allemands abandonnent la ville sans combat dans la nuit du 5 au 6 ; les unités de maquisards de l'AS composant des  2ème et 3ème bataillons du Charollais les remplacent aussitôt et doivent affronter des convois allemands, ferroviaires et routiers, qui s'apprêtent encore à traverser la ville pour échapper à la nasse des armées alliées… Le maquis polonais POWN "Topor" a été intégré récemment dans la ligne de commandement du 2ème bataillon du Charollais et va se trouver impliqué.

Voir article détaillé sur ce blog - cliquer ici - et sur le site du Grenadier bourguignon.

Notons que les unités FTP – y compris les FTP-MOI polonais du bataillon Mickiewicz – ne participèrent pas à ces évènements ; elles étaient alors mobilisées en vue de l'attaque pour la libération d'Autun. Voir le combat de Marmagne et la bataille d'Autun.

 

Pour faciliter la lecture, les explications nécessaires sont intégrées au fil du texte, en italiques.

 

Etat-Major maquis Topor - comp++.JPG

- L'état-major du maquis Topor après la Libération (coll. Podgorski) -

En haut : Nowak, Dziadulski, Guzik, x

En bas : x, Koclejda, Kawa-Topor, Strzelecki

 

Le rapport :

 

(En juillet) l'adjoint du chef de district "Szymon" (= l'instituteur du Magny, Osuchowski) et le fourrier "Bartosz" (= le tailleur Idzi Koclejda – voir bio) se rendent à Lyon afin d'intervenir auprès du chef du sous-groupe "Maciej" pour accélérer la livraison d'armes.

Afin d'assurer la réception rapide des armes, on réorganise la direction du district, sous la direction du chef Jan, "Jurek" (= instituteur du Magny Chelminski) dirige l'action civile et "Szymon" est chargé de préparer l'action militaire, "Filip" (= l'abbé Sobieski des Baudras - voir bio) dirige la propagande.

Le chef de district et son adjoint se rendent plusieurs fois au siège de l'état-major AS et F.F.I. conformément aux ordres reçus du quartier général afin d'entrer en contact avec la résistance française.

Comme nous ignorons le mot de passe, les Français sont méfiants. C'est à ce moment qu'un envoyé spécial du quartier général arrive, "Michal", mais du fait qu'il ne connaît pas non plus le mot de passe, il est accueilli de la même façon. C'est quand "Michal" vient pour la 2ème fois avec les mots de passe inter-alliés que le contact est noué.

Entre temps, un premier transport d'armes est arrivé, 20 mitraillettes et munitions, bientôt le 2ème (22 mitraillettes). Ces armes sont partiellement distribuées entre les sections et partiellement mis dans un dépôt chez Michal (= le cafetier du Bois-Roulot, Michal Szewczak, beau-frère de Idzi Koclejda). Une partie de ces armes et munitions a été transportée par Jan Wachowiak (= le beau-père de Koclejda et Szewczak) chez "Bartosz" sur une brouette, cachée sous des choux,. En route une patrouille allemande l'arrête, commence la fouille, mais grâce au sang-froid de Wachowiak, ils ne vont pas jusqu'au bout.

 

chateau Marigny 2b.jpg

- le château de Marigny, à 5 km de Montceau -

(cantonnement du maquis POWN)

 

Le 19 août, un camp de POWN est formé à Marigny, dirigé par le chef Jan, où arrive la première partie de 25 membres de la Saule, avec à leur tête le chef du section Ignaczewski. Les F.F.I. donnent ordre à la section d'observer et de défendre le territoire compris entre Marigny, Montceau-les-Mines et Montchanin-le-Haut, ainsi que de défendre la route principale et des routes latérales vers Châlon-sur-Saône. Le 24 août, arrive le lieutenant "Topor" - voir bio - qui devient commandant du camp, qui regroupe déjà 126 soldats. Quelques jours plus tard, le lieutenant Strzelecki (instituteur des Gautherets) arrive à son tour ; on lui confie la fonction d'officier chargé de l'alimentation. Arrivent aussi les aspirants Jedrosz  et Osuchowski, les caporaux Guzik et Rogalski, qui deviennent commandants de compagnies.

Un entraînement intense de la section commence (il y a beaucoup de difficultés provoquées par l'insuffisance des armes : 42 mitraillettes, quelques revolvers pour plus de 120 soldats). En même temps, on réquisitionne des voitures et des motos, action dirigée par Koclejda, Guzik, Styczynski et Osuchowski.

Pour montrer l'existence de la résistance polonaise, le caporal Guzik accroche le drapeau blanc-rouge de la Pologne au clocher de l'église, le 1er septembre 1944 (retiré 3 jours plus tard) et de petits drapeaux sur le monument aux morts de Montceau-les-Mines (on entend le plus souvent que c'est le drapeau tricolore qui avait été hissé sur l'église… on ne connaît pas de photo…).

Début septembre, on commence des actions de reconnaissance, on installe des barrages sur la route de Montceau à Marigny, avec l'aide d'un groupe FM (à cause du manque de RKM chez nous). A ce moment notre camp compte plus de 200 soldats.

Le 5 septembre, nous recevons l'ordre d'occuper une position près de Montceau-les-Mines. Pour ce faire, le groupe dirigé par le lieutenant "Topor" avec l'aspirant Jedrosz et le caporal Guzik partent. Le chef de district Jan prend le commandement du camp. En apprenant le retrait des Allemands de Montchanin, un petit groupe dirigé par l'aspirant Osuchowski, les caporaux Styczynski et Rembowski, y partent en voiture avec Makowski (garagiste de Montchanin) et saisissent un camion allemand, le reste du groupe est obligé de se retirer au contact de l'ennemi, les Allemands étant trop nombreux. Le même jour, "Bartosz"-Koclejda a accompli une action exigeant beaucoup de courage et de sang-froid : uniquement avec sa femme Pelagia, il a saisi une voiture aux Allemands, alors que ceux-ci s'étaient éloignés d'à peine une dizaine de mètres. Ils la cachent et la remettront plus tard en tant que don pour l'armée polonaise.

Le 6 septembre, le groupe du lieutenant Topor reçoit l'ordre d'occuper Blanzy. L'aspirant Osuchowski arrive à Montceau avec son groupe ; ils y entrent en même temps que les premières unités françaises, et ils mêlent au drapeau français le drapeau polonais ; il est accompagné de "Jurek" et "Bartosz". Dans l'après-midi du même jour, la section du lieutenant "Topor" participe avec les F.F.I. au combat de Galuzot, où sont faits prisonniers beaucoup d'esclaves. Le lieutenant Strzelecki récupère un certain nombre d'armes et d'explosifs. L'unité du lieutenant "Topor" occupe alors des maisons à la Sablière, à Montceau. Le chef de district Jan part à Montceau afin d'organiser la mobilisation conformément aux ordres du quartier-général (de la Résistance polonaise). Le commandement du camp de Marigny est confié à son adjoint "Szymon"- Osuchowski. Au cours des jours suivants, le camp de Marigny est abandonné et transféré à Montceau-les-Mines.

Nous soulignons que pendant son service, le soldat de première classe Stefan Gajewski est mort et Idzi Koclejda a été blessé.

 

Signé : le chef du district Molodeczno POWN

            Montceau-les-Mines , le 14 décembre 1944

                   (archives privées)

 

 

- Libération de Montceau : les prisonniers... -

                                   (collection L. Pierre)

Louis PIERRE L-I  (25 b).jpg

Louis PIERRE L-I  (23 b).jpg

Louis PIERRE L-I  (21).jpg

                                                                       (cliquer sur les photos pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

 



05/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 322 autres membres