Résistance communiste

Dans cette série sont rangées quelques photos du mouvement de la résistance communiste polonaise...


Massif d'Uchon, marche S-E du Morvan
Massif d'Uchon, marche S-E du Morvan :

Sur ce versant Est du massif, sur la commune de Charmoy, le maquis FTP-MOI polonais vint s'installer d'abord en mai, puis en juillet 1944.


Mieczyslaw BARGIEL (1920 - 1984)
Mieczyslaw BARGIEL (1920 - 1984) :

Mineur au puits Darcy, il participe en 1942 au groupe des jeunes résistants polonais du Magny et rejoint le maquis en mars 1944. Au sein du maquis FTP Valmy, sous le pseudo de "Roger", il prend la tête du détachement polonais à sa formation. En août 1944, le bataillon "Mickiewicz", constituera le 9ème bataillon FTP de Saône-et-Loire. Bargiel sera alors adjoint de Boussin ("Charlot") à la tête du régiment Valmy et participera à ce titre à la libération d'Autun...


Théodore PLONKA
Théodore PLONKA :

 

Ouvrier boulanger, dit "le Type", engagé un temps dans l'artillerie de l'armée de l'armistice, il participa dès 42 au groupe de jeunes de la Saule et rejoignit le maquis début 1944. Adjoint de Bargiel avec le grade de capitaine, il fut le véritable chef militaire du maquis FTP Mickiewicz...


A la libération...
A la libération... :

Prise d'armes du maquis FTP-MOI Mickiewicz dans son cantonnement à l'école du Bois-du-Verne (Montceau-les-Mines), au retour de la bataille d'Autun - fin septembre 1944


Le long de la Départementale 994 en Saône-et-Loire
Le long de la Départementale 994 en Saône-et-Loire :

A quelques km au Nord de Toulon-sur-Arroux, au lieu-dit le Gourmandoux, mémoire d'une exécution fin juin 1944.


FTP-MOI, remise de l'étendard
FTP-MOI, remise de l'étendard :

Journal varsovien, hiver 44-45 : "Hier au maquis, aujourd'hui à la caserne, demain en route vers la Pologne - Les femmes de Montceau-les-Mines offrent un étendard au bataillon Mickiewicz. A Droite, l'agent de liaison des maquisards, la citoyenne Grobelna." La cérémonie eut lieu fin août 1944, dans la forêt d'Aigrefeuille (commune de Charmoy - S&L)...


Casque du déserteur
Casque du déserteur :

Ce casque, conservé par M. Nectoux, enfant de la ferme de la Roche (commune de Charmoy, S&L), est celui d'un soldat de la Wehrmacht, qui a rejoint les maquisards en août 1944. Il a été laissé à la ferme des Bas (commune de Charmoy), qui faisait partie des cantonnements du bataillon Mickiewicz.


Mariusz Skrzypczak était né en Pologne en 1922. Employé de commerce, il était membre d'un groupe sédentaire FTPF. Il a été arrêté avec son père dans le café familial (le café "Vincent") qui servait de lieu de réunion, lors de la première grande rafle de résistants opérée le 21 février 1944. Tous deux allaient disparaître au camp de Neuengamme.    Voir aussi ici


Photo prise après la libération de la Saône-et-Loire, devant le café des Essarts. Le propriétaire a rebaptisé son café "café des alliés". Une délégation de la 5ème compagnie du 19ème GIP est venue en permission d'Allemagne occupée, avec son chef, le lieutenant Julien Nowak qui tient le drapeau. Sont regroupés là des anciens de la résistance communiste polonaise des quartiers des Essarts, des Baudras, des Gautherets  (et peut-être d'autres).

Edmond Maciejewski, qui a perdu une jambe lors de la bataille d'Autun, est à l'honneur...

(remerciement à Mme Romanowski à qui appartient l'original)


Au temps de la Libération
Au temps de la Libération :

Six maquisards du bataillon Mickiewicz posent au temps de la Libération. Les deux hommes du deuxième rang, à genoux, ont été reconnus. Il s'agit de deux copains de l'impasse de la Sorme, dans le quartier du Bois-du-Verne, à gauche (épaulant sa mitraillette), Edmund KUROPACZEWSKI, reparti en Pologne avec le 19ème GIP, à droite (en chemise claire), Stefan LENDEL.